Festival Steampunk d’Oamaru

Voilà maintenant deux mois que je suis arrivé en Nouvelle-Zélande et je n’ai toujours rien visité ! J’ai donc attiré l’attention de mes maîtres sur un festival steampunk se déroulant à Oamaru. C’est parti pour deux jours de folie !

Notre premier arrêt aujourd’hui se trouve être Shag Point. Cet endroit, outre son nom assez cocasse, est connu pour abriter une colonie d’otaries et de cormorans. N’étant pas très chanceux avec la faune jusqu’alors, nous sommes très heureux de voir une demi-douzaine d’otaries et un cormoran.

Il nous en faut peu pour être heureux !

Patapouf quant à lui n’est pas trop rassuré, après tout, nous sommes entourés d’eau. Le concept de vivre sur une île lui échappe encore…

Chaton nous presse donc pour partir et se faisant, Stéphane oublie la pochette de son appareil photo et les cartes SD se trouvant à l’intérieur. Malheureusement, nous sommes déjà arrivés à Oamaru quand nous réalisons son erreur. Qu’à cela ne tienne, le festival va bientôt commencer, nous verrons bien demain si la sacoche est encore sur le banc où nous l’avons aperçue pour la dernière fois. Après s’être consolés avec une bière et un cidre, il est temps de profiter du festival steampunk.

Ici, contrairement en France, le public est un peu plus âgé

Oamaru, que nous avions visitée en mars avec des amis, est réellement différente lorsqu’elle revêt les couleurs du festival. Nous croisons tant de personnes costumées, de jongleurs de feu, danseurs, chanteurs. La musique est partout. Des feux sont allumés aux quatre coins du quartier steampunk. L’impression d’être dans un autre monde et à une autre époque est bien présente. Les boutiques sont encore ouvertes et nous passons énormément de temps dans chacune d’entre elles, notamment celle des costumes.

Nous avons envie d’essayer tous les chapeaux que nous trouvons

Nous restons jusqu’à la fin de la soirée sans jamais nous ennuyer une seule seconde ! Le lendemain est également plein de promesses puisqu’un marché steampunk prend place dans l’un des grands bâtiments. Chapeaux, robes, pantalons, vestes, sculptures, valises, fioles, engrenages, montres à gousset et tant d’autres choses s’alignent sur les différentes étales.

Nous verrions bien ça dans un épisode spécial de “Doctor Who”, pas vous ?

Quoi qu’il en soit, le meilleur reste à venir ! Un duel de thé va avoir lieu dans quelques instants. Un homme tout à fait charmant, vêtu d’un chapeau théière nous explique donc les règles et l’origine de cette étrange, mais néanmoins très civilisée, façon de régler un différend.

Les règles du duel de thé

Les duels s’enchaînent, et quand nous partons c’est toujours la même jeune femme qui affronte les autres concurrents. Elle semble déterminée. Après tout, une théière et différentes sortes de thé sont en jeu !

Ici, le duel de thé c’est du sérieux !

Nous serions bien restés jusqu’à la fin, mais Patapouf nous tire les oreilles. Stéphane travaille ce soir et il veut encore profiter de cette journée ensoleillée. Déterminé, chaton souhaite s’arrêter aux Moeraki Boulders. Un autre principe que Patapouf n’a pas très bien compris, c’est celui des marées. Et à cette heure-là, elle est montante, les boulders commencent à être en partie recouverts d’eau.

Pour se faire prendre en photo, Patapouf veut bien faire quelques sacrifices et s’approcher de l’eau (seulement si on le porte)

Non loin des Boulders se trouve Katiki Point. Ce lieu est réputé pour ses otaries ainsi que pour ses manchots pygmées (les plus petits au monde). Convaincus de notre « chance », nous sommes persuadés que nous ne verrons que trois ou quatre animaux, maximum. Sauf que sous nos yeux ébahis paressent de tout leur long des dizaines d’otaries et facilement une vingtaine de bébés ou jeunes. Pour des raisons de sécurité, mais aussi de respect, nous restons à une dizaine de mètres de ces spécimens. Nous nous asseyons en face des bébés et jetons souvent des coups d’œil par-dessus notre épaule pour vérifier que papa et maman ne sont pas mécontents. Ce spectacle nous absorbe pendant un long moment et le temps file à toute vitesse, il est déjà l’heure de partir.

Pour une fois, nous n’en croyons pas nos yeux !

Un dernier arrêt s’impose avant d’aller travailler : le banc de Shag Point. Stéphane ne trouve pas sa pochette d’appareil photo. En revanche, Amandine repère une note au niveau du blanc. Une personne a trouvé notre objet perdu ! Nous la contactons aussitôt par mail, espérant qu’elle soit encore dans les alentours. Ce n’est pas le cas, mais quelques jours plus tard et après quelques échanges par mail, nous recevrons la sacoche à Dunedin et sans avoir eu à débourser un seul dollar pour l’envoi. Les Néo-Zélandais sont réellement adorables !

Pour voir les photos c’est ici.

Ahah ! Tu vois Licorne, moi aussi je me suis baladé aux Moeraki Boulders et à Oamaru. Je suis même allé visiter de nouveaux endroits ! Et surtout, j’ai passé ma première nuit dans la voiture. Amandine tirait toute la couette, mais à part ça, c’était sympa.

Leave a Reply

Your email address will not be published.