Dunedin entre copains

Cela fait maintenant un bon mois qu’Amandine et Stéphane se sont installés à Dunedin. Leur maison est plutôt grande, notamment leur chambre, et ça tombe bien parce que des copains sont venus leur rendre visite !

Marianne et Rémi, un couple d’amis, voyagent en Nouvelle-Zélande depuis quelque temps déjà. Pour notre plus grand plaisir, ils ont décidé de faire un tour par Dunedin. C’est un dimanche soir qu’ils arrivent et Amandine les accueille les bras grands ouverts, Stéphane officiant de son côté en tant que barman à son travail (mais ça, c’est une autre histoire). Qu’à cela ne tienne, nous allons l’attendre dans un pub, près d’un bon feu de cheminée. Il nous rejoint d’ailleurs bien assez tôt au Craic. La soirée est agréable, on se montre des photos du voyage et discutons de ce que nous allons faire ces deux prochains jours.

Le lendemain est bien occupé. Nous commençons par nous rendre à Baldwin Street, la rue la plus pentue du monde : 35 % de pente maximum ! Y monter une première fois ne nous a pas suffi, il faut y retourner avec les copains.

C’est du haut de cette rue que chaque année, des milliers de bonbons en chocolat sont lâchés pendant la Jaffa Race organisée par Cadbury

Après tant d’activités physiques, nous allons à la mer ! Plus précisément, à Tunnel Beach. Cet endroit est nommée ainsi, car en 1870 John Cargill a décidé de creuser un tunnel à travers une falaise afin de permettre à sa famille d’accéder à une plage privée.

Des plages privées comme celle-là, on s’en passerait bien

Après avoir exploré les environs et avoir escaladé quelques rochers, Marianne, Rémi, Stéphane, Amandine et Licorne s’installent pour un pique-nique, avec des cookies en dessert, tout en espérant ne pas se faire piéger par la marée montante. Eh oui, vous avez bien lu « Licorne ». Cette peluche a été offerte à Amandine par une de ses amies, Loreen, histoire qu’elle voit du pays.

Elle est si mignonne et elle ne prend pas de place, l’abandonner aurait été criminel !

La journée est loin d’être finie. Nous devons encore nous rendre dans la péninsule de l’Otago. Mais avant ça, Licorne souhaite prendre de la hauteur. Nous repassons donc le tunnel et Amandine emmène Licorne sur le point le plus élevé de la baie.

« Regarde Licorne, toute cette immensité baignée de lumière est notre royaume. »

Licorne étant satisfaite, nous reprenons la voiture. Arrivés à Sandymount, nous profitons d’une courte ballade pour nous offrir de jolis points de vue sur la péninsule de l’Otago.

Nous vivons dans une belle région tout de même !

En soi, il n’y a pas besoin de marcher pour profiter des paysages, la route à elle seule est sublime. Nous nous arrêtons quelques fois pour observer les panoramas, mais aussi parce que Marianne a repéré un manchot ! Du moins, c’est ce qu’elle croyait… En nous approchant nous nous apercevons qu’il s’agit tout simplement d’un cormoran… Qu’importe, nous nous rendons à Sandfly Bay où normalement une cache nous permet d’observer les manchots antipodes (ceux aux sourcils jaunes).

« T’y vois quelque chose toi ? »

Ou pas… La cache a été détruite il y a peu et nous devons rester très en retrait de la plage pour ne pas y déranger ses habitants. De toute façon, bien que nous ayons des jumelles, nous sommes trop tôt. Les manchots sont exclusivement visibles à leur retour de baignade, 1 à 2 heures avant le coucher de soleil. Tant pis, nous rentrons nous réchauffer avec un bon apéritif composé de chips au vinaigre et d’un vin nommé Thistle, gentiment offert par nos invités. Après cela, il est encore temps de manger et nous nous rendons au Del Sol, un restaurant mexicain en ville qui propose un deal très intéressant le lundi : deux burritos pour le prix d’un.

« Bon, on se fait deux burritos chacun hein ? »

Le lendemain c’est déjà l’heure de se quitter, ou presque. Stéphane travaille ce soir à l’Etrusco, un restaurant italien, mais pas avant 16h30, nous avons donc le temps d’accompagner Marianne et Rémi jusqu’à Oamaru. Il s’avère que sur la route, se trouve les Moeraki Boulders, un must-do en Nouvelle-Zélande (c’est d’ailleurs la photo de couverture du Petit Futé 2017-2018).

Certains ressemblent à des œufs de dragons

Leurs taille et poids varient, ainsi que leurs formes. Certains sont même ouverts et remplis d’eau. D’autres semblent avoir explosé et révèlent un cœur couleur ocre. Ces rochers, encore en formation pour certains, seraient des dépôts de calcites autour de noyaux de boue fossilisés. Puis, une érosion de 60 millions d’années leur aurait donné cette forme. D’autres théories et explications scientifiques existent, personnellement nous préférons nous amuser avec les différents boulders.

Position ninja !

Le temps passe et nous remontons en voiture. Prochain et dernier arrêt : Oamaru, la capitale steampunk de Nouvelle-Zélande. À l’origine, le steampunk est un genre littéraire, une uchronie, prenant place dans un âge victorien futuriste où la vapeur est à la base de la technologie. Nous nous rendons au Steampunk HQ, le musée de la ville.

On a dû forcer Rémi à partir

Le musée est assez grand. En plus de la cour extérieure, plein d’objets, statues et autres curiosités sont entreposés à l’intérieur. Il y a même un orgue sur lequel jouer de la musique ou encore The Portal, qui nous offre une expérience son et lumière.

Bienvenue dans la 4e dimension

Il est difficile de partir, malheureusement le temps nous presse. Dire au revoir est assez compliqué. Se retrouver s’est fait si facilement, comme si on s’était quittés hier, comme si nous n’étions pas à 19 000 km de la maison. Nous reprenons la voiture, heureux d’avoir passé un moment avec les copains et heureux pour eux qui continuent leur trajet en Nouvelle-Zélande.

Pour voir les photos c’est ici.

ILS M’ONT ABANDONNÉ POUR UNE LICORNE ?!!! Ça suffit les conneries là ! Trop gros ? Mieux à la maison ? Tristes de me laisser ? Mon œil ! Ils vont voir ce qu’ils vont voir…

Leave a Reply

Your email address will not be published.